Re-bienvenu dans la Cave a Grenier!
Cette semaine, seulement une humoriste dans cette section.
Et oui, j’ai dit UNE.
Je m’excuse… Haha! Allons la découvrir immédiatement, voici Korine Côté!

 


 

Korine Côté
(Finissante École Nationale de l’Humour 2006)

En septembre 2004, Korine monte sur scène pour la première fois. Elle vient d'être acceptée à l'École Nationale de l'Humour sans avoir fait de prestation publique, elle commence à peine à écrire de l'humour et elle est nerveuse comme tout. Après 934560356078 fausses alertes de vomissage en back stage, elle embarque et fait son numéro.

Sans expérience et sans barème, elle aura au moins fait de son mieux... Et bien elle ne s'est même pas accrochée une fois, elle a frappé la foule de plein fouet et a eu un impact plus grand que le récent CD des BB.

Korine roule sa bosse depuis à l'École Nationale où elle sort du lot par son style mitrailleur et sa simplicité. Elle est plus simple que bonjour, mot qui semble simple
dans la croyance populaire, mais qui est très compliqué. Car si on ne veut pas être hypocrite, quand quelqu'un nous dit bonjour, il faut vraiment évaluer si on a eu une bonne journée. Mettre les bons éléments dans la balance contre les mauvais, peser leur importance sur la journée, faire une réponse éclairée. Et si c'est après 17h, on est rendu le soir, donc plus de bonjour. Bref, bonjour, c'est pas simple. Korine, oui.

Quand la foule rie, Korine rie. Quand n'importe qui compte une joke, Korine rie. Même si la joke est plate, Korine rie. Vous savez quand il est 3-4h du matin après 2-3 bières et qu'on est relax, on rie de tout et de rien et qu'on file twit ? Et bien on dirait que Korine vit en permanence comme ça. Ça la rend très attachante.

C'est justement bizarre qu'elle soit attachante parce que ses numéros sont souvent incendiaires et directs, de la dénonciation de la stupidité humaine sans détour. Donc elle frappe dans le monde, mais les foules l'adorent. C'est comme si Mike Tyson avait reçu un câlin de Evander Holyfield après lui avoir mordu l'oreille. À la différence que Korine n'a pas de tatoo dans le visage. A moins que son
visage complet soit un tatoo, mais ça, on le saura jamais.

Elle a également développé un goût et un talent pour l'absurde. Ça fait donc une humoriste incendiaire, absurde qui rie de tout. À première vue, c'est un mélange intriguant, un peu comme du Kraft Dinner à la cassonade ou un steak au mapospread. Mais quand on y goûte, on a toujours le goût dans la bouche et on en reveut. Korine goûte bon humoristiquement.

Un autre trait de Korine, c'est qu'elle est et sera
éternellement une fan avant d'être une humoriste. J'ai l'impression qu'elle aurait un one woman show dans 12 pays différents, qu'elle serait riche et connue, mais elle viendrait encore aux petites soirées dans les bars et rigolerait du début à la fin. C'est une très belle qualité.

Voici maintenant sa fiche descriptive EXCLUSIVE
à la Cave à Grenier !


Ressemblances : Comme Korine aime dénoncer les conneries humaines et les stupidités de la société, on ne peut faire autrement que de dire qu'elle ressemble à Cathy Gauthier. Mais, une Cathy Gauthier qui se tient loin des relations de couples et qui pousse son humour à un autre niveau. Elle me fait penser à une Jean-Michel Anctil plus stand-up que personnage, ou encore une Daniel Lemire moderne et absurde.

Ne vous attendez pas à : Lisez bien cela, car c'est important pour une humoriste femme : ne vous attendez pas à du Josée Boudreault, du Julie Caron ou Claudine Mercier. Je ne veux pas insulter le talent de ces dernières, mais si je dis ça, c'est que Korine brise le moule. Elle sort de l'humour de femme "typique" qui souvent peut être drôle, mais qui est redondant parfois. Dans un milieu où les hommes sont jugés plus drôles que les femmes, et bien Korine est aussi drôle qu'un homme, si on doit embarquer dans les barèmes.

Résultat : Si on mélange absurde, conscience sociale, écœurement de la stupidité et sketches/personnages occasionnels, qu'est-ce que ça donne ? C'est comme si on mettait du vinaigre, du ketchup aux fruits et de la gommette dans un blender et que ça goûte drôle. Des numéros dénonciateurs attachants, des numéros dont on se souvient quand on revient chez nous le soir.

Sujets : Comme elle passe du coq à l'âne constamment, en passant par le dindon et l'Asie (elle est absurde), elle parle de plusieurs sujets à chaque numéro. Je l'ai vu parler de toilettes des femmes, de bas, de camp de jours, de navet... Oui oui, de navet...

Points forts : Sa capacité à rejoindre les gens, à aller chercher quelque chose qui touche tout le monde et qui nous fait exploser de rire. Elle chatouille le monde avec une plume en ciment, ce qui n'est pas une tache facile. Sur scène, elle est intouchable. Ça m'a pris trois injonctions pour découvrir ça. Mais quand elle sort de scène, elle est super accessible, charmante, ouverte. C'est comme notre meilleure amie à tous qui se lève pour faire un numéro de temps en temps et qui nous revient.

Autres faits intéressants : Elle fait présentement la Tournée avec les finissants de l'École Nationale de l'Humour et elle a beaucoup de réactions. Elle n'est pas talentueuse au golf. Elle a plus de drive sur scène que sur les départs ! Dans un même show, Korine a déjà fait un numéro, interprété un gars de shop (!!!), chanter sur scène en plus de faire les décors. Un peu plus elle faisait un buffet après aussi.

Voici maintenant ses réponses à mes questions !


Q : T'as commence à faire de l'humour récemment. Comment c'est arrivé ?
Korine : Faire de l’humour…ben en fait j’ai commencé à l’École Nationale de l’humour, mais je vous confie que j’ai du écrire un numéro d’audition, donc avant pour l’écriture. Mais si on parle de monter sur scène, c’est arrivé en septembre 2004 avec le Show des Time Bombs. Des gaillards fort sympathiques qui m’ont permis un baptême de scène et avec qui j’ai adoré travaillé. Je les remercie encore et toujours.

Q : Qu'est-ce que tu penses de l'humour aujourd'hui ? Et du monde de l'humour ?
Korine : Ouf ! Cette réponse pourrait prendre 96 pages selon l’humeur du jour et/ou le nombre de minutes que j’ai fait ma luminothérapie cette semaine. Y a des excellentes choses qui se font en ce moment, des choses récurrentes et des choses dont je me demande pourquoi elles existent… il faut savoir choisir ses fréquentations ! J’adore l’humour, j’adore rire (j’ai d’ailleurs 8 rires différents très adaptés aux différentes variétés de blagues) et j’aime l’humour qui se fait présentement. Le monde de l’humour…eh bien je ne connais pas le MONDE de l’humour, mais je connais le monde de l’humour. Donc surtout la relève et l’avant-relève (je ne sais pas si ce terme se peut, sinon je l’invente à l’instant). Je vais être totalement honnête, y a des jours où j’adore c’que j’vois. Mais les jours où j’apprends, ou que je vois « live » des gens qui copient des numéros, qui volent totalement à d’autres, des gens qui ne sont pas vraiment eux-mêmes, je suis déçue. Ces jours-là, j’aime moins l’humour.

Q : Selon toi, est-ce que c'est plus dur pour une femme d'être drôle ou de percer ?
Korine : Je pense que l’important est de faire ce qu’on a envie de faire. Faire des jokes pour faire des jokes, tout l’monde est capable en s’achetant un livre de blagues pour 5,99$ au Jean Coutu. Avant d’être une fille, tu es d’abord un être humain, et si cet humain là est drôle à la base, en étant soi-même, peut faire rire n’importe qui. Percer reste un but. Un but l’fun, mais un but ! Et comme n’importe quel objectif qu’on se donne dans la vie, on le réussi en le faisant bien. Se plaire à soi-même en premier et si le public suit, tant mieux. C’est déjà égocentrique de monter sur une scène et d’imposer ma bulle aux gens, alors pourquoi le faire à moitié. Je me suis tellement jugée sur ce que je faisais des fois, que je me suis sûrement privée de me donner autant que je pouvais. Et percer ne veut pas dire talent nécessairement, être mafioso ou motard aussi ça rapporte de l’argent et de la notoriété. C’est mon opinion.

Q : T'es une fan inconditionnelle de l'humour. Fais nous donc ton top 5 d'humoristes préférés !
Korine : Bon, j’ai un peu de misère à classer tout ça là. C’est la question que j’ai gardée pour la fin. Je vais te dire c’que j’aime pour des raisons toutes différentes, et mon top 1 pour finir. J’aime Claude Meunier, Les Chick-n-Swell, Martin Matte, RBO, Louis José Houde, j’en passe énormément car des fois je considère que je n’en ai pas vu assez de cet humoriste. Il y a beaucoup de gens de la relève qui sont très très bons et dont j’ai hâte de voir un show complet. Le dernier show que j’ai vu était celui de Dominic Paquet, j’ai vraiment aimé. Je découvre tranquillement l’humour américain, ceux que j’ai préféré : Dane Cook, Lewis Black, y en a d’autres, mais comme je dis, je commence là ! Mon top 1, que j’écoute et j’adore depuis ma tendre 3ème année, il me faisait rire même quand j’avais des broches et une grosse face, François Pérusse. Il me fait toujours rire même après la millionième écoute.

Q : Quel show/prestation que t'as fait t'as le plus marqué ?
Korine : Le premier que j’ai fait (avec les Time Bombs), c’était un bon show, avec le band sur le stage et tout, un beau baptême. Un autre que j’ai fait devant 12 personnes, c’était une salle de 150, on a eu ben du fun. Le dernier show du Club Soda aussi m’a bien marqué pour sa mise en scène. C’est spécial d’être sur la scène et de participer tout le long du show dans un gros décor.

Q : Quel numéro t'as le plus marqué ou inspiré ? Et pourquoi ?
Korine : C’est un texte que j’ai écrit au début de l’année, comme j’ai une maladie mentale qui m’empêche d’être à l’aise devant les gens, on a écrit un texte anonyme plutôt émotif pour un cours et je me suis donnée à fond dans mes 46 personnalités et émotions de filles. J’ai eu de bons commentaires (parce que comme de fait, j’ai oublié la consigne d’anonymat et j’ai signé mon texte). J’aime bien le numéro que je vais faire en tournée (le dernier du Club Soda, L’anecdote que suis prof de hip hop, tout est vrai en passant) et certaines parties de numéros que j’ai écrit aussi.

Q : Ton nom est Korine Côté... es-tu une fan de René Lévesque ?
Korine : J’ai un gros faible pour les hommes qui calent et qui fument beaucoup de cigarettes.

Q : Qu'est-ce que tu nous prépares pour le futur ? C'est quoi tes plans ?
Korine : Oh…my…God. Bon j’over-react un peu là ! J’en ai plein, et comme depuis toujours, je ne parle jamais de mes plans avant qu’ils ne soient concrétisés, mais bon j’avance quelques hypothèses et désirs comme ça là. Je veux faire du vidéo, j’ai une ou deux ou trois idées là-dessus. Je veux faire de la scène. Et je compte mêler un ou deux talents à l’humour pour en faire des combos éventuellement. Je teste tout ça et je vous reviens là-dessus.

Q : En terminant, un mot de la fin ?
Korine : Mon rêve a toujours été de garocher mon micro à terre et de sacrer mon camp.
Alors voilà. Paf ! BIiiiiiiiiip ! (Je cours en coulisse) Rêve réalisé !