Les Zapartistes et l’île de Pâques

Samedi soir j’ai assisté au nouveau cabaret des Zapartistes : Les Zapartistes et l’île de Pâques. Étant une très grande fan, j’avais hâte de voir et d’entendre du nouveau matériel. Je n’ai certes pas été déçue, mais quelque peu surprise de ne voir que trois des membres des Zaps sur scène, soit François Parenteau, François Patenaude et Christian Vanasse, la stagiaire Brigitte Poupart étant absente. Mais je dois avouer que ça n’a affecté en rien la qualité du spectacle. Le trio a une belle complicité et est toujours aussi incisif!

Le cabaret prend la même forme qu’à l’habitude : un bulletin de nouvelles suivi de sketchs ayant un lien direct avec le thème principal. Pour ce spectacle, les Zapartistes ont misé sur des numéros mettant en vedette des gens ordinaires. Une formule très réussie, qui nous permet de se reconnaître davantage dans les personnages, tout en nous questionnant sur nos comportements.

Le thème du spectacle est l’île de Pâques, une civilisation aujourd’hui disparue. Un sujet qui nous amène à nous questionner sur notre individualisme et notre division, qui pourraient également mener le Québec à sa perte. Pour se faire, on peut voir défiler sur scène des gens de tous les horizons. On y oppose par exemple un banlieusard, un citadin de Montréal et un villageois.  Des numéros qui nous amènent à réfléchir sur notre manque d’ouverture face aux autres. Mais, fidèles à eux-mêmes, les Zapartistes nous donnent des pistes de solutions pour contrer notre individualisme.

Une excellente parodie de la Commission Bouchard-Taylor est aussi au cœur du spectacle. Un sujet très d’actualité, où l’on peut voir des gens avec des opinions très différentes émettre des commentaires de toutes sortes. Un débat sur les accommodements déraisonnables est à prévoir entre les différents citoyens se présentant au micro. Le meilleur numéro du spectacle selon moi.

Ne délaissant pas totalement les politiciens, on peut entendre les Harper, Charest, Dumont, Layton, Dion, Duceppe, etc. Des imitations toujours aussi réalistes et comiques, interprétées par les trois membres du groupe. Le numéro de Stephen Harper m’a même permis de récolter un Joe Louis. Un petit clin d’œil bien placé à Maxime Bernier. J

Un très bon spectacle, qui nous permettra de patienter jusqu’à la revue de l’année 2007.

Par Pooky
Publiée le 1er novembre 07


 

Le Cabaret des invasions lucides

Samedi dernier, je suis retournée voir avec un très grand plaisir Le cabaret des invasions lucides, produit par les Zapartistes. J’ai constaté, avec grand plaisir, un meilleur dynamisme et une meilleure complicité que lorsque j’avais vu le show la première fois, en mars dernier. L’ambiance sur scène était beaucoup plus intéressante. Dommage qu’environ 80 beaucerons seulement avaient pris la peine de se déplacer pour voir le spectacle. Ça doit être le petit côté fédéraliste des beaucerons qui a fait que la salle paraissait terriblement vide. Dommage pour eux, car ils ont manqué un excellent spectacle. Et tant mieux pour nous, qui avons eu droit à un spectacle plus qu’intime.

Certains numéros ont été modifiés, ajoutés, ou encore retirés complètement. Et, vraiment, c’est pour le mieux. C’est un spectacle très différent que j’ai eu la chance de voir. C’est ce qui est bien avec les Zapartistes : leur spectacle est très collé à l’actualité, ce qui donne la chance aux gens de le voir plus d’une fois, sans avoir l’impression de voir le même spectacle. Soit dit en passant, le DVD des Invasions lucides sera disponible à la fin novembre, pour les gens qui seraient intéressés à voir (ou à revoir) le spectacle.

C’est donc avec plaisir qu’on a vu des extraits du Manifeste pour un Québec lucide, le combat Boisclair/Charest à l’Assemblée Nationale, un Stephen Harper déterminé à faire augmenter le crime coûte que coûte au Canada, et quelques pointes bien envoyées à Lucien Bouchard et ses propos concernant la productivité des québécois. Plusieurs numéros portant à réflexion, comme savent le faire les Zapartistes. Notamment, celui de Christian Vanasse, qui déplore le fait que son fils ne pourra peut-être jamais kicker de grenouilles, étant donné l’ampleur que prend le problème environnemental, ou encore celui de l’indien, personnifié par François Parenteau, qui dit bien comprendre les problèmes des québécois qui vivent le dépeuplement, le manque de productivité, l’épidémie de nouvelles maladies et l’arrivée massive de nouveaux immigrants, qui veulent nous imposer leur religion. Ça vous rappelle un évènement de votre histoire???

Je n’ai donc pas regretté d’avoir choisi de retourner voir le spectacle. Bien au contraire, ça m’a donné la chance de voir une foule de nouveaux numéros, qui n’étaient pas présents lors de la première représentation, et de bien sûr, encore une fois, me faire réfléchir sur l’avenir du Québec. Il reste encore quelques spectacles de ce Cabaret, pour ceux qui seraient intéressés à le voir! Sinon, vous pourrez toujours vous procurer le DVD, qui sortira bientôt, ou encore aller voir la revue de l’année en décembre!

Par Pooky, publiée le 4 novembre 2006


Le bon voisinage des Zapartistes

C’est avec un très grand plaisir que je suis allée fêter la Fête du Canada avec les Zapartistes le 1er juillet dans un Anglicane plein à craquer. Je ne pense pas qu’il y ait de meilleure façon de célébrer la Confédération qu’en compagnie des Zaps! Le concept du spectacle était très intéressant et original. En fait, on célébrait un référendum gagnant!!! Et suite à un référendum gagnant, le congé férié de la Confédération ne disparaît évidemment pas. En fait, dans un Québec souverain, la Fête du Canada devient tout simplement la fête du bon voisinage. Parce qu’il est évident que dans un Québec indépendant, le Québec et le Canada entretiennent de bonnes relations entre voisins.

J’avais vu la formation actuelle du Cabaret des Invasions Lucides en mars, et je dois avouer que la dynamique a grandement évolué. Au fil des mois et des spectacles, une plus grande complicité s’est développée entre les membres du groupe, et cela rend les numéros plus intéressants à regarder et à entendre; notamment les numéros où tous les membres participent. C’est donc un plus pour le spectacle ainsi que pour les spectateurs.

J’ai adoré le spectacle d’un bout à l’autre. En fait, j’en aurais pris beaucoup plus. Le show m’a semblé un peu court. En première partie, nous avons eu droit à la visite de nombreux acteurs politiques de la scène fédérale et provinciale. Celle qui a le plus attiré mon attention est celle de Stephen Harper, personnifié par François Parenteau avec un très grand brio. De nombreux discours étaient au menu, allant de la Vice-Reine du Canada à celle du nouveau maire de Sherbrooke dans un Québec souverain, monsieur Jean Charest. Les Zapartistes sont passés maîtres dans les imitations politiques. Christian Vanasse et François Parenteau ont beaucoup de talent en ce domaine, mais je dois avouer que l’imitation de Jack Layton, personnifié par François Patenaude, ne laisse pas sa place non plus. De nombreuses parodies de chansons sont aussi venues agrémenter cette première partie. Les Zapartistes ont un très grand talent en ce qui a trait aux chansons trafiquées. Les paroles sont toujours très punshées et les gens ont rapidement embarqué sur les airs de « Hawaïenne », devenue pour l’événement « Proportionnelle ». Moyen, évidemment, de vanter le modèle de scrutin proportionnel.

En deuxième partie, nous avons eu droit à la simulation d’un référendum gagnant. C’était donc pour le public de l’Anglicane… la dernière « prochaine fois ». J’ai trouvé le concept intéressant et original. Ça nous a aussi permis de voir l’imitation de René Lévesque par un François Parenteau fort convaincant. Comme toutes ses imitations, celle de René Lévesque est très réussie, tant pour les mimiques que pour la voix. Numéro qui donne espoir d’un jour où peut-être nous pourrons vivre ce fameux référendum gagnant!!! L’instant d’une petite demi-heure, ça permet de rêver un peu… Les Zapartistes ont touché tout au long du spectacle à de nombreux thèmes liés à l’indépendance. Des thèmes qui font réfléchir sur un éventuel plan de société que le Québec devra mettre en place dans un Québec indépendant. Deux numéros en ce sens ont surtout attiré mon attention : celui concernant les francophones vivant hors Québec et celui parlant de l’intégration des immigrants à notre projet de souveraineté. Deux aspects souvent oubliés…

Ce 1er juillet m’a donc permis de passer une très belle Fête du Canada avec des souverainistes que j’adore. Je n’avais jamais passé une aussi belle Confédération que cette année! Je ne peux donc terminer cette critique qu’en vous recommandant chaudement d’encourager les Zapartistes, en allant voir Le Cabaret des Invasions Lucides, qui ont déjà commencé leur grande tournée de la province de Québec!!!! (www.leszapartistes.com)

Par Pooky


ZAP 2005 : la revue de l’année des Zapartistes 


Depuis longtemps je souhaitais assister à un spectacle des Zapartistes. Humour aussi tranchant qu’intelligent. Un genre d’humour «underground» encore plus depuis que François Parenteau à été congédié par Radio-Canada et que son comparse Christian Vanasse à démissionné en guise d’appui.

D’emblée la salle est pleine. Une chance nous sommes arrivée tôt pour avoir de bonnes places. L’attente d’une heure me permet de m’interroger sur les lumières qui décorent chaque côté de la salle du Spectrum. Une
forme d’art abstraite et laite. Ça me permet aussi de scruter mes voisins de table. On fait tous ça n’est-ce pas? La fille en avant de nous éternue comme si elle toussait. J’ai toujours trouvé ça bizarre le monde qui éternue comme s’il toussait. Ma blonde me donne un coup de genou en dessous de la table alors je continue mon espionnage, mais dans ma tête.

Nous aurions dû griller une cigarette avant d’entrer car le Spectrum est un environnement sans fumée en tant que salle de spectacle même si
elle sert de l’alcool. Mais pourtant la salle est remplie de fumée fake pour les éclairages. À n’y rien comprendre… Mais bon, 10 minutes avant 20h00. La femme assis en avant de nous, celle qui éternue comme si elle toussait semble être en couple avec le gars qui l’accompagne. Mais ça l’air récent leurs affaires. Ils se touchent mais ne semble pas encore à l’aise. En plus madame ne donne pas de coup de genou sous la table à son chum pour la simple et bonne raison que monsieur doit encore être trop timide pour déconner en sa présence. Qu’importe!

Surprise, pour une des rares fois dans ma vie, j’assiste à un spectacle qui commence à l’heure indiquée sur le billet. 20h00 pile les
4 Zapartistes, Chritian Vanasse, François Parenteau et Patenaude ainsi que la nouvelle venue Brigitte Poupart s’amènent sur scène accompagnée de leurs 2 musiciens. Plutôt un guitariste et un tapageur. La première partie est la revue de l’année 2005 mois par mois. Les gags défilent à un rythme soutenu, les imitations de François Parenteau sont tous simplement à couper le souffle. Sans compter que Monsieur Patenaude pourrait sans aucun doute être embauché par Jean Charest comme sosie. La ressemblance physique est frappante. Mais entre les deux oreilles Parenteau frappe pas mal plus fort que Charest.

Christian Vanasse en Paul Martin est mourrant. Vanasse et Parenteau sont les véritables leaders des Zapartistes. Patenaude et Brigitte Poupart se contente que de lire leur texte sans trop d’extras. Plus tard on verra Brigitte Poupart nous livrer une excellente version du discours de la très honorable Michaëlle Jean. Très réussi. Tout au long de la soirée, on remarque que Christian Vanasse griffonne sur son texte. Des jokes marches plus ou moins ou d’autres marchent fort, il en prend bonne note. J’y suis allé le 27 décembre, le premier soir, donc j’imagine que les soirées suivantes ont dû être encore mieux rodées. L’année à défiler au complet : ENTRACTE!

Vivement la cigarette pour le nicotinoman que je suis. Et surtout sortir quelques minutes de cette satané fausse boucane qui me donne l’impression que mes verres de contact ont fusionné avec ma cornée. De retour à l’intérieur, je cherche toujours un sens aux lumières de chaque côté de la salle. Ma blonde me trouve achalant avec ça. M’a y en faire un sapin de Noël l’an prochain, pis que je l’entende pas me poser de question.

Deuxième partie plus décevante. Les Zap nous reviennent avec quelques blagues, puis arrive un des artistes invité : Mononcle Serge! J’adore les textes de Serge Robert, il se donne littéralement corps et âme à nous gueuler ses insanités pourtant si bien ficelées d’une belle prose. J’admets que j’aime mieux se tounes avec l’Académie du massacre. On ne sortira pas le gars du métal en moi. La majorité des gens, que j’observe toujours, autour de moi, semble perplexe de l’entendre gueuler Fuck You Maman Dion avec sa guitare acoustique et la rage du chanteur de Metallica.

Les Zapartistes reviennent pour quelques blagues avant de céder de nouveaux la scène à Marco Calliari d’Anonymus et complice que Mononcle Serge dans l’Académie du Massacre. Sauf que Calliari n’est pas là pour nous faire éclater les tympans mais plutôt pour nous jouer les tounes de son album de musique Italienne. Pas mauvais mais moi je venais rire. Le party semi-pogne au Spectrum, certains dansent, dont un vieux au look sans-abris qui semble avoir bien picolé pour danser ainsi sur les rythmes de Calliari et sa bande.

Il approche minuit, la fiesta Italienne s’éternise, moi et ma copine travaillons tôt le lendemain de ce qui s’en vient ce matin. Après chaque toune nous espérons voir les Zap réapparaître sur scène pour conclure mais faux se rendre à l’évidence, le show d’humour va se terminer tard sur de la musique de party. Alors je ne peux pas vous vendre le punch de la fin car j’étais parti. Tout dépendant de l’heure ou ça c’est terminé j’étais soit au volant, soit dans mon lit collé sur ma blonde.

Sommes toutes un excellent spectacle. Avoir pu veiller et profiter de la soirée je donnerai une note quasi-parfaite au spectacle. Mais le côté humour et critique était franchement bon. Peut-être trop de distraction dans un même show. Mais selon moi il ne s’agit que d’une question de perspective.

GO ZAP GO

Par: Jérôme Constantin


Les Invasions Lucides

J’ai assisté il y a déjà quelques semaines au dernier spectacle des Zapartistes, les Invasions Lucides. Je dois dire d’entrée de jeu que j’adore les Zapartistes. Je suis leur carrière depuis déjà plusieurs années et c’est un genre d’humour qui m’accroche au plus haut point. Ce qui est intéressant avec ce groupe engagé c’est qu’il fait un type d’humour différent. Il est plutôt rare au Québec de retrouver des humoristes qui font de l’humour politique comme eux le font. Et ce qui est encore mieux, c’est qu’ils n’ont pas peur de dire ce qu’ils pensent et qu’ils n’ont pas de parti pris. Ils frappent tant à gauche qu’à droite. Leur manifeste l’explique clairement !

Je me suis donc rendue à l’Anglicane très enthousiaste de les revoir sur scène. J’avais adoré leur dernier spectacle qui était les Zapartistes contre l’empire. Je n’ai pas été déçue cette fois-ci non plus. J’ai passé une très belle soirée. Bien que Frédéric Savard et Geneviève Rochette aient tous les deux quittés le groupe, les Zapartistes n’ont rien perdu de leur côté mordant et baveux. François Parenteau et Christian Vanasse valent grandement le prix du billet. Ils sont littéralement en feu sur scène. Ils ont un dynamisme incroyable et de l’énergie à revendre. Leur plaisir est contagieux. Ils sont capables de garder l’attention du public sans aucun problème et ce pendant les 2 heures complètes du show. On sent aussi une belle complicité entre eux vu les évènements qui ont été grandement médiatisés récemment. Par contre, cette complicité ne semble pas être partagée par les deux autres membres du groupe qui sont nouvellement arrivé sur scène, François Patenaude et Brigitte Poupart. J’ai eut l’impression que le groupe était scindé en deux parties. Je suppose que c’est quelque chose qui se règle facilement après quelques représentations. C’est donc Christian Vanasse et François Parenteau qui ont volé le show ce soir-là ! Mais je dois avouer que c’est pour eux de toute façon que je m’étais déplacée.

Je dois dire que les Zapartistes nous ont toujours habitué à du matériel hautement politisé. Mais je conseille surtout leur dernier cabaret aux gens qui connaissent bien la scène politique afin de bien cerner chacun des petits bouts du spectacle dont une bonne partie est entre autre consacrée au manifeste pour un Québec Lucide. Il est toujours plus intéressant de bien connaître les gens dont il est question dans le spectacle et non pas seulement par leur nom mais aussi par leur façon d’être et leur façon de faire afin de pouvoir profiter au maximum des différentes imitations. Parce que l’un des points forts des Zapartistes, c’est leurs nombreuses imitations. Ils ont un talent fou. C’est toujours un plaisir de revoir leurs imitations de Jean Charest, de Bernard Landry, de Paul Martin, de Michel Chartrand ou encore de Pierre-Karl Péladeau.

Dans les Invasions Lucides, les Zapartistes traitent non seulement de politique mais aussi de plusieurs problèmes de société. Il est question de la mondialisation, de la montée de la Chine sur la scène internationale, de la dénatalité… Des problèmes qui nous touchent de très près. Un spectacle non seulement politique mais aussi social. Qui nous fait non seulement rire mais aussi réfléchir sur nos façons de nous comporter. C’est ce qui est intéressant avec les Zapartistes. Ce n’est pas nécessairement le rire aux larmes mais une façon de nous porter à réfléchir sur nos différents comportements. Une façon de prendre conscience qu’il faut agir et réagir et ce en passant une très belle soirée !

Parce que rire est une si jolie façon de montrer les dents !

Par Pooky

 



Les Zapartistes