Jean-Marc Parent fut pour moi un quasi héros de jeunesse! Je suivais son émission L’heure JMP religieusement : je prenais mon bain, je me mettais en pyjama, et je m’assoyais devant la télévision pour 1 heure (plus 1 heure et quart!) et je jubilais!! Quand l’émission se terminait, j’allais me coucher.

Pour les non-initiés, il ne faut pas s’attendre de la part de Jean-Marc à du stand-up comme on en voit souvent ces temps-ci, c'est-à-dire : une ligne, un punch et on change de sujet. Non, Jean-Marc est un raconteur! Dès le début du spectacle, on se retrouve donc plongé dans son univers, on entend parler de plusieurs moments de sa vie, se demandant parfois si tout ce qu’il dit est vraiment vrai, mais on ne se préoccupe pas vraiment de la réponse, car Jean-Marc est fascinant à écouter. Quand arrive le moment où il a une anecdote à raconter, dans un party de famille ou simplement entre amis, je suis persuadé que tout le monde se tait et se fait un plaisir de l’écouter!

Ne doutez pas de son talent de comique, car pour réussir à faire rire une salle entière en parlant de la mort de ses parents ou de suicide, il faut en avoir, et beaucoup! Le spectacle est long, mais la seule façon de le savoir, c’est en regardant l’heure, une fois rendu dans l’auto, après le show, car ça passe très vite!

Parent est un être charismatique, sympathique, un gars qu’on voudrait tous avoir comme ami, à qui on voudrait se confier, rire, avec qui on voudrait prendre une bière, écouter un match de hockey, ou se faire une bonne bouffe! C’est donc un plaisir, pendant une trop courte soirée, de l’écouter simplement parler et être drôle, c’est un naturel!

Bref, je vais terminer ma critique ici, celle de Tiguidou étant déjà bien assez complète. Tout ce que je peux vous dire, c’est que toutes ses histoires - ses voyages, ses trips de moto, sa soirée avec une fille de 410 livres, sa jeunesse - sont tout simplement trippantes à écouter! Et, petite mention : à la fin du spectacle, on peut voir 5 ou 6 photos représentant les divers moments qui ont été traités durant le spectacle. Vraiment, une bonne idée! Donc, si vous voulez rire et être émus, tout en vous faisant raconter de belles histoires qui vous ferons voyager et vous faire réfléchir sur la vie, vous n’avez qu’une chose à faire : réserver des billets! Enfin, Jean-Marc est de retour, et il frappe fort !

Par David
Publié le 16 juillet 2006




Depuis aussi longtemps que je me souvienne, mon père a toujours aimé Jean-Marc. Lors de l'époque de l'Heure JMP, c'était une tradition d'écouter ça en famille à la maison.

Alors une sortie père/fille s'imposait pour le passage de Jean-Marc à Drummondville. Chose que nous avions pas fait depuis longtemps.

L'humoriste nous arrive avec des numéros des plus intéressants les uns que les autres. Il nous parle entre autre du fait qu'il a vieilli, que sa réalité à changé. Il nous amène aussi dans son adolescence et nous entretient de façon très touchante sur sa famille. Il nous raconte ses voyages, numéro très imagé qui donne le goût d'aller voir ailleurs, de s'évader.

Jean-Marc ne s'est jamais caché qu'il aimait les femmes bien en chairs, et il leurs rend un bel hommage avec un numéro écrit de façon sublime et rafraîchissant.

Il n'a toujours pas perdu sa passion des motos et de la vitesse, il a toujours un coq en lui qui veut prouver aux gens qu'il est encore capable de rivaliser avec les plus jeunes.

Le spectacle se termine avec un numéro sur le suicide. Sujet délicat à aborder sur scène, mais Jean-Marc relève le défi avec brio. Numéro très drôle mais aussi très touchant. Cela semble être à la mode dernièrement de voir plusieurs humoristes aborder des sujets plus touchants et cela est le bienvenue.

Ce que je trouve dommage un peu c'est qu'il n'y a pas vraiment d'interaction avec le publique. Jean-Marc parle avec eux mais sans vraiment les embarquer. Mais bon il est vrai que j'ai plutôt l'habitude de soirée d'humour dans des bars et dans une grande salle l'interaction doit être plus difficile.

En conclusion,Urgence de vivre est un beau message... profitons de la vie, elle passe tellement vite.

Par: Karine Léveillé
Publié le 1er avril 2006

 

 



J
ean-Marc Parent