11 mai 08

Vive Facebook et les partys

J’ai un ami qui partait pour Kuujjuaq dernièrement et, comme un imbécile, je me suis proposé pour aller le reconduire à l’aéroport.

Imbécile parce que, comme de raison, avant qu’il parte pour le pays où on se gèle les couilles, on est sorti, question de faire le party. Je dit « on », mais à lui tout seul, c’était quelque chose. J’ai rarement vu quelqu’un avaler autant d’alcool. Pathétique, mais nous avons en souvenirs 350 photos de tous les angles possibles et, surtout, de toutes les craques de boules inimaginables. Non mais, vraiment, un Dom sur la brosse, c’est quelque chose. D’ailleurs, j’ai vraiment hâte de voir les photos à tagger sur Facebook : craque de boules de… inconnue?!? Fesses de… on sait pas qui?!? Hey! Dom malade!!!  Parce que, comme de raison, les photos vont se retrouver sur Facebook : f**k la vie privée, pour le plaisir de tagger! D’ailleurs, j’invite tout le monde à aller voir les photos, tout à coup que votre paire de boules si retrouve…

C’est rendu que mon père est sur Facebook, histoire d’espionner mon frère. Disons que mon frère ne peut pas dire : « Moi, l’alcool, connais pas », avec toutes les photos compromettantes mettant en vedette lui et une caisse de 24, qui reproduisent la célèbre scène de Titanic : mon frère (Jack) en train de caler, pendant que la bière (Rose) se vide de tout sont liquide. De la pure poésie.

Donc, ce fut un party bien arrosé… et arrosé partout dans le char, parce que Dom a évidemment été malade! Heureusement, on avait pris son char et, non, ne vous inquiétez pas, on ne l’a pas laissé conduire, on l’a juste laissé vomir dans son char. De toute façon, si on l’avait laissé conduire, on aurait probablement passé la nuit dans le parking du Plastik à tourner en rond. Y’était trop soûl pour se rendre au char tout seul, faque imaginez…

En bons amis, on a eu droit à des : « Vous êtes cons, laissez-moi tranquille », des : « Vous êtes mes meilleurs amis », une phrase qui n’a pas l’air de se démoder au fil des années. Même que, maintenant, la phrase est souvent suivie d’un : « Je dis pas ça parce que je suis soûl, là, c’est vrai ». Bref, un trajet difficile, suivi d’un transport jusqu’à son lit tout aussi difficile. Le lendemain matin à 8h00, je l’appelle, question de partir… à 8h05 (j’étais en retard). J’arrive chez lui. Il était encore soûl, en train de finir ses valises.

Départ pour l’aéroport. Bien sûr, il est malade dans mon char, mais (esti que je suis content) j’avais amené un sac de plastique. Je peux vous assurer que de conduire avec quelqu’un qui est malade à côté de soi, c’est loin d’être la joie!

Donc, Dom a été malade dans son char, dans mon char, et sûrement dans l’avion. J’ai eu des haut-le-cœur tout le long du trajet, parce qu’il sentait le fond de tonne. Honnêtement, on n’avait aucune chance de passer inaperçu : si un policier était passé à sens inverse sur la 20, il aurait traversé le terre-plein pour nous demander si on faisait du transport d’alcool de contrebande. Je me suis même inquiété pour les pilotes de l’avion : avec toutes les vapeurs qu’il dégageait, il aurait pu les soûler facile, mais après, je me suis dit qu’il s’agissait ici de pilotes pour Kuujjuaq, qu’ils étaient probablement déjà soûls anyway.

Je termine en disant : buvez avec modération, mais pas trop quand même : on veut pouvoir vous tagger complètement soûls sur Facebook!!!

Alex Demers

 

30 mars 08

Salut,

Tout d’abord, je voudrais m’excuser auprès des mes 3-4 lecteurs assidus, car je n’ai pas eu le temps d’écrire de chronique depuis un p’tit bout. Je sais : c’est long 2 semaines sans mes nouvelles, mais que voulez-vous?

Cette semaine, j’ai le goût de vous parler de masturbation. Bon, je sais, dit comme ça, sans avertissement, ça peut frapper fort, mais c’est en lisant la chronique de Jérôme Constantin…. Je vous arrête tout de suite : ses chroniques ne me donnent pas du tout le goût de me toucher. C’est simplement qu’il a une chronique où il parle du masturbe-o-thon. Il paraîtrait que les participants sont testés pour le Viagra® avant chaque compétition. Ce serait également un des seuls sports où les stéroïdes sont utilisés à 0%, puisque avoir les couilles grosses comme des pruneaux et durs comme des billes ne seraient apparemment pas un avantage… Enfin bref, je vous invite à aller voir sa chronique.

Suite à sa chronique, je me suis dit : « Eh ben tiens! Pourquoi ne ferais-je pas une recherche sur la masturbation : d’où est-ce que ça vient, et où est-ce que ça s’en va? Vous seriez surpris de tout ce qui peut ressortir dans Google quand on tape « masturbation », surtout de tout ce qui est masturbable. Enfin, bref, je vous épargne les détails.

J’ai donc fait des recherches des plus intéressantes. Selon une étude datant de 2002 effectuée à Montréal, 94% des gars se sont masturbés avant 20 ans. Pour les 6% restants, j’aurais un message : LÂCHEZ DONJON ET DRAGON BATARD DE MARDE!!!!

Une autre étude nous apprend qu’un homme en bonne santé devrait avoir le goût d’avoir un orgasme environ 4 jours par semaine. Je connais une couple d’humoristes qui ont une cr*&% de bonne santé!!! Et, rendu à 60 ans, le goût diminue à environ 1 fois par semaine. Pour les filles, ça serait tout de suite après le mariage!!

75% des personnes qui se masturbent le font pour le plaisir. C’est drôle, mais j’aurais été tenté de dire que pas mal 100% des personnes le font en grande partie parce que c’est plaisant, pas parce que c’est souffrant. Si c’est souffrant, c’est pas normal, va voir le médecin. À moins, bien sûr, que tu sois masochiste. Mais là encore, si tu es masochiste, tu aimes ça, donc tu as du plaisir… Donc, en théorie, 100% des personnes le font pour le plaisir. Mais non : 25%  des masturbateurs anonymes le font parce qu’ils sont stressés de bander n’importe où, surtout quand c’est pas le temps… Du genre : en sortant du confessionnal de l’église (c’est pas la meilleure place pour pogner une érection pendant que tu penses à une cheerleader qui fait du pouce avec un chandail blanc pendant qu’il pleut, surtout si t’as 9-10 ans). Beaucoup le font avant une source de stress, dans le but de se détendre. Donc, la prochaine fois que vous assistez à un spectacle, à un oral dans le cours de français ou au discours du premier ministre, dites-vous qu’il y a une chance sur 4 pour qu’il se soit tiré une branlette avant!

C’est tout pour cette semaine. Je vais terminer sur une phrase de Woody Allen : « Ne critiquez pas la masturbation, c'est faire l'amour avec quelqu'un que j'aime ». La semaine prochaine, je vous parle de l’histoire de la masturbation, des tabous et des croyances!

 

09 mars 08

De la médecine à la religion

La médecine a grandement évolué et ce, même au Québec ! Qu’on le veuille ou non, en quelques années seulement, les méthodes ont évolué de façon considérable. Par exemple, pour savoir si une personne est diabétique, elle n’a qu’à se piquer le doigt, mettre le sang dans une machine, et Hop! On a la réponse en seulement quelques secondes…

Mais, saviez-vous qu’avant, la seule méthode qu’on avait pour déterminer si la personne était diabétique était de goûter son urine. Si elle était sucrée, ça voulait dire qu’elle était diabétique ! J’avoue ne pas l’avoir testé moi-même, quoique si un jour j’en viens à manquer de sucre dans mon café, j’aurai juste à faire pisser mon grand-père dans la tasse.

Une chance que la médecine a évolué. Je m’imagine mal aller à l’hôpital en faisant de la fièvre, et que le médecin me dise : « Bon, Monsieur Demers, nous allons être obligés de vous faire une saignée… ». Remarquez que ça pourrait être une excellente façon de retourner les faux malades chez eux : avec des remèdes aussi radicaux, y’aura pas un chat à l’urgence qui aura seulement une vilaine toux. Reste chez vous pis bois de l’eau. Sinon, on peut toujours te faire une saignée. Personnellement, je préfère le verre d’eau : moi, me faire ouvrir le bras, tout ça pour avoir un papier du médecin, pas sûr. Vraiment, on peut dire que la saignée était une pratique barbare.

Quoique, donnez du sang une fois et vous verrez qu’Héma-Québec a comme objectif très probable de faire saigner le Québec… Ils vous rappellent TOUT LE TEMPS !!!! J’ai donné du sang 1 fois dans ma vie, il y a maintenant 1 an de ça. Pourquoi est-ce qu’ils persistent à m’appeler à chaque fois qu’une collecte a lieu dans ma région. C’est pire que les Témoins de Jéhovah : si tu viens cogner chez nous et que je dis que je ne suis pas intéressé à ta religion… REVIENS PAS L’AN PROCHAIN!!!

Je ne me dis pas, dans ma tête : « Mouin, je ne sais pas pour cette année, mais peut-être l’an prochain ». J’ai aucun sentiment d’incertitude, qu’est-ce qu’il pourrait m’arriver d’assez fou pour que je décide de changer de camp? À part peut-être le fait que, pour les Témoins de Jéhovah, il est interdit de donner du sang. Honnêtement, c’est loin d’être la religion qui a les meilleurs arguments de vente. C’est pas comme les Musulmans : eux, au moins, ils ont compris. Je me demande toujours comment ils ont réussi à faire obéir leurs femmes. Ça me semble tellement invraisemblable. Il doit y avoir quelque chose là-dessous. Et WOW! Si on fait un acte héroïque pour la religion, 100 vierges nous attendent au paradis. Bâtard ! 100 vierges, je ne sais pas combien de vierges possède leur dieu, mais la Chine pourrait en avoir grandement besoin bientôt ! S’ils continuent de faire adopter toutes leurs filles et de garder tous les p’tits gars, ça sera pas trop long que ça va devenir le paradis de la moumoune!

 

02 mars 08

Le Chalet

 

YOUHOU!!! Je reviens d’une fin de semaine dans un chalet… 14 personnes… 7 lits… et de l’alcool en masse. Tous étaient au rendez-vous. De quoi rendre le chalet Bleue rouge de jalousie!! Une fin de semaine de party.

Nous sommes vendredi et l’heure fatidique arrive : 17h00… Tout le monde pacte leur char et on est parti pour une fin de semaine dont la plupart risquent de ne pas se souvenir, non pas par manque de plaisir, mais plutôt pour abus...

Vous aurez vite compris qu’il était plus que stupide de partir à 17h00 un vendredi soir en direction des Laurentides. Nous, ça  nous a pris 4 heures pour nous rendre, et autant de temps pour se dire à quel point nous étions stupides de partir à cette heure-là. D’autant plus que, pendant une grande partie de la journée, je me suis adonné au sport de salon numéro 1 : le X-BOX!!!!

Malgré tout, nous finissons par arriver au chalet. À peine un pied dans le cadre de porte que déjà les bières et l’alcool coulent à flot, et le spa est maintenant notre terrain de jeux de prédilection… Parce que, oui, nous avions en plus dans notre chalet un spa!! Tout le monde sans exception est allé se jeter dans le spa, comme une mouche à la recherche d’une défection animale (avouez que ça fait plus propre que : comme une mouche à la recherche d’une grosse marde de vache).

Une chose était plutôt étrange dans le spa : une quantité anormale de mousse. Mais ce n’est pas de la mousse qui va arrêter 14 personnes soûles de s’amuser. Au contraire : on s’est crissé de la mousse d’inconnus dans’ face!!!  Let’s go! On se fait des moustaches et une barbe avec, comme tous les enfants de la Terre ont déjà fait. À part peut-être les enfants d’Afrique qui, même s’ils avaient de la mousse, pourraient éprouver des difficultés au rinçage, par manque d’eau…

Le lendemain matin, alors que le premier brave décide de faire trempette dans le spa, on apprend par le fait même à quel point la ressemblance entre nous et des mouches à marde devenait troublante. À défaut d’avoir une ressemblance quelconque avec les mouches, le lien entre le spa et la bouse de vache devenait terrifiant. Jamais je n’avais vu un spa aussi croûté de crasse. Vous comprendrez que nous avons renoncé à toute activité aquatique pour le reste de la fin de semaine.

La fin de semaine s’est tout de même poursuivie avec des allures de party. Qui dit ALCOOL et FILLES dit également CHICANE. Parce que, oui, nous avons eu droit à plusieurs chicanes. Étrangement, ce ne sont pas les deux gars obligés de dormir ensemble par manque de lits qui nous on causé le plus de problèmes. De toute façon, une fois qu’on a ingurgité le niveau d’alcool suffisant, le moindre petit espace devient un palace pour dormir. D’ailleurs, être recroquevillé en boule autour du bol de toilette semble être un endroit prisé par le fêtard typique. Donc, il y a eu plusieurs chicanes de couples, dont certaines parce que l’un des deux membres a décidé de quitter le lit douillet pour s’endormir la tête accotée sur le bol.

Plusieurs chicanes, mais aussi un moron! Se chicaner avec sa blonde reste chose courante. Se chicaner avec sa blonde pour des raisons aussi ridicules que : j’aime pas la couleur des murs du chalet (personne n’aime la couleur des murs, s’t’un chalet!!), et décider de sacrer son camp sur-le-champ, ne voulant pas attendre beaucoup trop longtemps (c’est-à-dire au lendemain), le gros problème étant qu’il ne soit pas venu avec son char et qu’en plus, il n’a pas d’argent, parce que monsieur est incapable de garder sa job plus d’une semaine…

Mais, comme le dit le proverbe : « Quand on veut, on peut » Je vous rappelle que nous sommes à environ 1 heure de route (en char… et ai-je besoin de rappeler qu’il n’a pas son char), certains doivent se dire : « Woh! Il a quand même pas marché! ».  Eh bien, non, vous avez raison, il n’a pas marché… il a pris un taxi!!!! Oui, une belle ride de 250$, mais comme je l’ai dit plus tôt, monsieur n’a pas d’argent. Il a donc demandé de l’argent à sa blonde!!

Ce qui m’intrigue, c’est la conversation entre le chauffeur de taxi et notre nouvelle idole :

«  Ouin… Ça doit être drôlement important, pour décider de partir à 1h00 du matin, pour une bonne heure de route en taxi.

- J’ai pas le goût d’en parler.

- Ouin, je vous comprends… Moi aussi, récemment, j’ai eu un décès dans ma famille, je vous souhaite…

- De quoi vous parlez, je me suis chicané avec ma blonde.

- Ouin, je sais c’est quoi. Moi aussi, récemment, ma femme m’a trompé…

- A’ m’a pas trompé. On s’est juste chicané à cause de la couleur des murs du chalet.

- Ah… Ok… Et vous sacrez votre camp… Ils devaient être lettes en TAB&@?#% les murs… Vous partiez quand, normalement…

- Bah! Demain… Mais y’était pas question que je reste une minute de plus…

- Mais là, vous… avez-vous l’argent pour me payer?

- Inquiétez-vous pas : j’ai emprunté de l’argent à ma blonde. »

Je peux-tu vous dire que la prochaine fois que je me chicane avec ma blonde, a’ va me payer un voyage à Cuba… Question que je décompresse…

 

 

24 février 08

Salut!

Comme vous l’avez peut-être constaté, j’essaie d’écrire une chronique à chaque semaine… Tout ça pour m’habituer à écrire. Je suis parfaitement conscient qu’il ne s’agit pas tout le temps de textes extraordinaires, mais j’essaie de m’améliorer à chaque semaine et de vous raconter mes réflexions, ou encore de vous parler de ce qui est arrivé durant ma semaine!!!  

Lorsqu’on est enfant, on croit souvent plein de choses vraiment ridicules. Que ce soit le Père Noël, ou que les filles peuvent devenir enceintes seulement en embrassant les garçons. D’autres, avec une imagination vraiment douteuse, peuvent croire en quelque chose sans trop qu’on puisse savoir comment ils en sont arrivés là. C’est le cas d’un de mes amis, que je ne nommerai pas, par peur de représailles et, surtout, parce qu’il a vraiment l’air complètement ridicule sur ce coup-là.

Lui, du haut de ces 6 ou 7 ans, pensait que les vaches qu’on voit dans les champs se cachaient dans les tables… Oui oui, vous avez bien compris : les tables de cuisine. Pour lui, une vache se cachait quelque part dans la table. Vous aurez compris qu’il avait confondu avec l’étable... Parce que, oui, il y a des vaches dans une étable, mais dans une table, je ne vois vraiment pas comment elle pourrait entrer là, la pauvre vache. Pauvre p’tit gars, il a dû la chercher longtemps. Je l’imagine, en train d’essayer de traire la table. S’il pensait pouvoir traire une table, imaginez ce qu’il devait penser, sexuellement parlant :

« Robert, dit-moi, comment est-ce que nous faisons des bébés?

- C’est facile, madame l’institutrice, j’ai entendu mon père qui disait qu’il avait mis ma mère dans le four, mais je ne sais pas à quelle température. Il a seulement dit qu’il l’avait fourrée. »

Au moins, il a une excuse : il était jeune et naïf. Mais, ce n’est pas tout le monde qui a cette excuse. Non. Et malheureusement, il y en a un maudit paquet qui ne sont pas vites vites!!

J’ai appris aujourd’hui qu’un des mots les plus tapés sur AOL (un moteur de recherche bâti sur la même plateforme que Google), eh ben, c’est Google!! TAB*%&$? !! Excusez ce sacre gratuit et d’une violence sublime, mais BÂTARD DE MARDE!, ça prend donc ben des imbéciles finis pour chercher quelque chose dans autre chose qui fait parfaitement la job. C’est tellement une perte de temps! C’est comme si j’étais dans une cabine téléphonique, en train de parler à quelqu’un au téléphone, et que je demandais soudainement au premier passant : « Hey! ’Scuse, je peux-tu emprunter ton cellulaire? ».

Tu viens de gaspiller 25¢ le cave, c’est tellement une perte d’argent!... (BÂTARD! C’est vrai, c’est rendu 50¢. Maudit Bell à’marde! Une augmentation de 25¢… Cr*%&, je parle en moyenne 3 secondes et demie dans une cabine, juste pour dire VIENS-ME-CHERCHER. J’me tape pas deux heures de conversation érotique sur la Love line. Maudit! Bell trouve toujours le moyen d’être crosseur).

À la semaine prochaine!!!

Alex Demers
alex@tapastoutvue.com

 

10 février 2008

POUCEUX

 

Je viens d’embarquer mon premier pouceux à vie!!!!

Normalement, je ne suis pas du genre à laisser un inconnu embarquer dans ma voiture. Des films, comme L’auto-stoppeur, m’ont rapidement enlevé le goût d’en embarquer. Disons que de finir tué dans un fossé ne me tente pas particulièrement… Mais, cette fois, c’est moi qui ai bien failli tuer l’autostoppeur. Un espèce de retour de l’ascenseur, j’imagine…

Je vous explique ma journée : Tout commence le matin. J’avais rendez-vous au garage pour faire réparer mes freins qui étaient, comme on dit, complètement finis. Aussi finis que si j’avais décidé de prendre une brosse avec Éric Lapointe la veille, le matin et l’après-midi… tout ça dans le temps des Fêtes. Imaginez!!

C’est donc 282$ plus tard, et quelques réparations supplémentaires… Parce que, comme on le sait, allez chez le garagiste pour faire réparer une chose sans qu’il n’y ait aucun autre pépin, c’est plus rare que de trouver un soutien-gorge de grande taille avec des fantaisies. Dit comme ça, ça peut paraître étrange, mais selon un sondage loin d’être scientifique mené auprès de femmes à forte poitrine, ce sous-vêtement frivole est la chose qui, pour elles, est la plus difficile à trouver. Eh ben, ça prouve qu’il y a des sondages sur à peu près tout. D’ailleurs, si les filles à forte poitrine pouvaient me confirmer le tout en m’envoyant un courriel détaillé accompagné d’une photo, question de faire un petit sondage maison, ça serait très apprécié. C’est une blague : n’envoyez pas de photo ni de confirmation. De toute façon, ce n’est pas nécessaire, j’ai déjà la confirmation de P-A Méthot. Pour ceux qui ne connaissent pas P-A, c’est un humoriste de la relève, probablement un des plus drôles d’ailleurs, gagnant du Nez d’or de 2007!! (J’essaie de me racheter... Pas que j’aie peur de manger une volée… De toute façon, je cours plus vite que lui...  Quoique, s’il s’assoit sur moi, je suis dans’ marde en os%*...  Mais plus parce que, s’il y a un humoriste capable de planter quelqu’un dans un monologue, c’est ben lui!).  

Toujours est-il (je me force pour bien écrire : je ne voudrais surtout pas que Sophie, notre correctrice, nous fasse un burnout… Ou encore qu’elle décide de publier mes texte tels quels… Pauvre vous!). Enfin, bref, comme je disais, après avoir fait la réparation de mon automobile, je suis allé travailler. La même routine habituelle. Tout a réellement commencé après mon travail. Il faisait noir. Aucun lampadaire n’était allumé. Il y avait eu de la pluie verglaçante durant toute la journée. Je roulais donc à une vitesse convenable : c’est important de pas prendre de chances quand la température n’est pas belle. J’ai donc pris la courbe à seulement 100 km/h. J’ai aperçu, en plein milieu de la rue, une silhouette qui marchait. Bon, au début je n’ai pas vraiment porté attention, mais plus je me rapprochais, plus il devenait clair que cette silhouette était dans’ marde. J’ai donc freiné avec toute l’aisance que mes nouveaux freins pouvaient offrir dans une courbe glacée. En entendant le bruit de ces mêmes freins, je pourrais plutôt dire que j’ai BRAKÉ EN TAB%$*?& !! Pas besoin de vous dire que la madame est chanceuse que j’aie changé mes brakes le matin même, parce que la madame serait rentrée chez elle avec quelques kilos en moins!

Je me suis rapproché de la dame qui marchait avec une légère difficulté. Marchait : on pourrait aussi dire « titubait d’un bord et de l’autre ». Pas parce que je lui avais rentré dedans, mais parce qu’elle était tellement saoule, la pauvre madame, c’était pathétique. J’ai vu des gens saouls dans ma vie, mais là, elle ne donnait pas sa place, surtout qu’il était à peine 23h00. Dès qu’elle a commencé à parler, j’ai compris : c’était une anglophone. Finalement, pour une anglophone, elle a veillé pas mal tard.

Je me sentais mal de l’avoir presque tuée, donc, je lui ai fait un lift. Ok, je ne me sentais pas si mal que ça (J’en vois déjà qui disent : « Ouin, t’as pas à te sentir mal, c’est une anglophone ». Maudite gang de pas gentils. J’ai du sang anglophone, et ça me fait de la peine). Mais, de toute façon, je n’avais pas ben ben le choix, parce que je n’avais eu à peine le temps de me retourner qu’elle était déjà assise dans mon char. Le trajet de Île-des-Sœurs à Longueuil n’aura jamais été aussi bizarre. J’ai eu droit au récit de toute sa vie, et le tout en anglais (J’ai beau avoir du sang anglophone, je ne suis pas ben ben bilingue, surtout lorsqu’il s’agit de l’anglais de madame saoule). J’ai aussi eu droit à des conseils de vie géniaux, du genre  (À lire avec un accent anglais complètement saoul) : « Mon gars, les filles, c’est pas correct. Fais ce que t’as à faire, pis fuck off». C’est, mot pour mot, ce qu’elle m’a dit, probablement la seule chose en français aussi, et pas mal la seule chose que j’aie vraiment comprise. Avouez que ça porte à confusion comme conseil : Les filles! Bah! Ça donne rien. Non non, fais ce que t’as à faire, pis d’la marde pour le reste!!! Ce n’est pas moi qui le dis. Non, c’est une madame saoule, qui doit pas avoir une vie sexuelle ben ben géniale!

On s’est ensuite quitté avec une poignée de main et, pour ma part, un gros fou rire incontrôlable.

J’ai déjà hâte d’embarquer mon prochain pouceux. Qui sait, peut-être que ce sera une jeune cheerleader de 20 ans, durant une pluie torrentielle, toute vêtue de blanc, qui va me donner des conseils sur la vie, du genre : « Les filles! Bah!!! Ça donne rien. Non non, fais ce que t’as à faire, pis d’la marde pour le reste!!! ». J’ai ben le droit de rêver.

Si vous avez, vous aussi, des histoires de pouceux, je vous invite à me les envoyer, on fera un collectif d’histoires de pouceux.

 

1er février 2008

 

Bonjour,

Tout d’abord, salut à tout’ vous autres. Moi, c’est Alex. Comme la grande majorité de ceux qui vont lire ces lignes n’ont, mais alors là, aucune idée de qui je suis… À part, bien sûr, mon père et ma mère, qui seront fort probablement mes premiers lecteurs. À moins, bien sûr, que quelqu’un ne tombe accidentellement sur cette page en tapant SEX PORN et  CORNICHONS AVEC DU NUTELLA. J’en profite pour remercier Billy Tellier pour cette technique plutôt douteuse pour attirer du monde sur son site (en marquant sur sa page les mots les plus populaires sur les sites de recherche).

Donc : salut maman, salut papa… En passant, désolé, je ne peux pas souper à la maison pour la semaine. Remarquez que c’est plutôt ridicule que j’utilise Internet pour leur passer le message, puisque je n’ai qu’à m’étirer un peu pour leur dire…

Aah! La paresse humaine. Cette paresse nous a tout de même fait inventer des choses extraordinaires : la manette de TV par exemple. Ça prenait un paresseux fini! Y a quelqu’un, quelque part, qui était tanné de perdre gros max 10 secondes à chaque fois qu’il changeait de poste, qui a décidé de perdre un nombre pas possible d’heures pour inventer une télécommande à batteries, que lorsque les batteries sont mortes, on tape sur la manette en se disant : « Non non, y reste du jus. Awoye, change de poste! ».

Mais j’ai décidé, pour vous, de me renseigner sur cet inventeur à qui des millions d’Américains doivent la bedaine de bière (dans le cas des USA, on pourrait aussi dire « baril de bière et de fast food »). Je ne sais pas pour vous autres, mais maintenant, à chaque fois où je pense aux Américains, j’ai cette image-là dans la tête. J’en veux d’ailleurs beaucoup à la personne qui a mis cette image sur le web… Bon, ok, je lui en veux à moitié…

(Je me demande vraiment qui est cette madame-là. Elle ne doit tellement pus oser sortir de chez eux…Quoique, à noter la position de la première, ça n’a pas l’air d’être le grand confort. Pour l’autre, j’avoue que je pensais que les Strings avaient une grandeur maximum… À moins que ça soit juste une culotte trop petite. Entk... Au moins, le gars qui a mis ça sur le web a eu la bonté d’équilibrer les choses. Si l’hémisphère gauche de notre cerveau représente le rêve et le droit, la réalité, je préfère continuer à rêver).

Pour en revenir au sujet principal… Je sais que ce n’est pas facile, après des images chocs, mais bon, il faut ce qu’il faut… Donc, il n’y avait pas 1, mais 2 inventeurs : monsieur Robert Adler, ainsi que monsieur Eugène Polley. D’ailleurs, monsieur Robert Adler n’était pas si paresseux que ça, puisqu’il a tout de même déposé plus de 180 brevets. Wow! 180 brevets, dont seulement 1 a vraiment retenu l’attention… Personne, nulle part, ne fait mention de ses autres inventions, à part une supposée avancé concernant les écrans tactiles, mais on s’en fout totalement.

Pauvre gars : il dépose 180 brevets, et le seul qui ait retenu notre attention est celui de la télécommande… Je me demande quelles étaient ses autres inventions… Peut-être que c’est a lui aussi qu’on doit :

Oui, c’est bien ce que vous pensez : une fourchette qui tourne vos pâtes   

Non, ce n’est pas un entonnoir pour la bière, mais un cendrier à fixer sur votre bouteille. BRAVO!

Y a plein d’autres inventions brillantes du même genre sur le web… Si vous en avez d’autres complètement ridicules, envoyez-les-moi, on fera un top 10 des pires au monde!

Avouez que personne ne savait que c’était messieurs Adler et Polley qui avaient inventé la télécommande.

Je pense que c’est d’ailleurs pour ça que la plupart des inventeurs donnent leur nom aux inventions… Prenez la poubelle : pas besoin de se demander ben ben longtemps qui a inventé ça… Et oui, monsieur Eugène Poubelle, un inventeur français. Pas étonnant que les Français aient la réputation de sentir les vidanges….

Ah ouin, c’est vrai. Moi, c’est Alex Demers. Je mesure 6 pieds et j’adore rire et m’amuser… Un peu plus et j’écris une fiche pour Lavalife tellement c’est pathétique comme description. C’est promis, je vais me reprendre….

Alex Demers
alex@tapastoutvue.com