20 questions à Sébastien Ouellet

1- Qu’est-ce qui t’a mené vers l’humour ?
J’ai commencé en écrivant des jokes pour un ami humoriste, et quand j’ai entendu rire le public dans la salle, ça m’a donné le goût de conter moi-même mes jokes.

2- Comment décrirais-tu ton humour à ceux qui ne te connaissent pas du tout ?
Un humour très… croustillant, à la limite du saignant… J’adore faire de l’humour noir un peu rock ‘n’ roll, avec une touche de conscience sociale.

3- Quelles sont tes influences, tes modèles en humour ? 
Yvon Deschamps et Michel Sigouin pour ce qui est des garçons… Et du côté des filles, définitivement, Denise Bombardier.

4- Qu’est-ce qui t’inspire pour écrire tes numéros ?
L’inspiration me vient beaucoup de ce que je vis avec les autres. Il ne me sert à rien de m’enfermer pour écrire, car si je ne vis rien, je n’ai rien à dire. Bref, j’observe tout le temps les gens : dans le métro, à l’épicerie, au club échangiste, etc.  Et aussi dans le journal, à la télé et sur Internet.

5- Comment s’est passée ta première expérience sur scène ?
Ma première fois sur scène m’a carrément donné la piqûre et le goût d’en faire le plus souvent possible (contrairement à ma première relation sexuelle). Il y avait 750 personnes entassées dans une salle d’une capacité de 500, et le lendemain matin, les 750 personnes de mon petit village ne parlaient que de moi.

6- Jusqu’à présent, quel est le plus beau moment de ta carrière ?
Avoir fait la première partie de Michel Barrette sur une scène extérieure devant 5000 personnes. Moment magique…

7- Y a-t-il un art, autre que l’humour, que tu voudrais exploiter un jour ?  
Je veux écrire un roman ou deux… où je pourrais librement assassiner quelques personnages politiques. Un genre de thérapie pour ne pas le faire pour de vrai… HA!

8- Quels sont tes projets humoristiques à court terme ?
Grosseface.tv est mon plus gros projet pour l’instant. J’ai beaucoup de fun à écrire pour ce drôle de personnage. Allez visiter ce site… et donnez-m’en des nouvelles!

9- Quel numéro d'un autre humoriste aurais-tu aimé inventer, écrire ou interpréter?Le numéro Nigger Black! de M. Deschamps. J’aurais surtout aimé l’interpréter à l’époque.

10- Aimerais-tu travailler avec quelqu’un en particulier ?
Le petit Jérémy… Moi, un humoriste qui réussit à se faire passer pour un chanteur et casser les oreilles d’un vieux Pape sénile, ça me fait tripper ben raide!

11- Quel est ton humoriste « coup de cœur » du moment ?
Philipe Laprise… Je l’aime bien le gros tab!%$@#!@!

12- Un spectacle d’humour que tu nous recommanderais ?
Celui des Chick’n Swell. Si vous êtes tannés des formules traditionnelles de spectacles, celui-ci nous emmène ailleurs.

13- Superstitieux ?
HA! Pas du tout. Et je me suis même fait tatouer le numéro treize. Je suis juste tanné d’entendre : « Pourquoi treize??? ».

14- Quelque chose d’anodin, mais qui te fait rire ?
Les chandails bedaine… quand il y a un bedaine qui en sort…

15- Quel est ton côté le plus macho ?
Je suis un gars de bécycle : j’adore la vitesse et le grondement d’un moteur qui révolutionne à plein régime.

16- Quel est ton côté le plus fille ?
Euh… Quand je suis saoul, je pleure sans savoir pourquoi.

17- Quel est ton talent inutile ?
Je suis capable de faire un arc avec un couteau suisse, une branche de saule et des lacets. Mais je ne suis pas capable de me gosser une flèche.

18- Une chose que tu aimerais avoir accomplie d’ici 10 ans ?
Juste être heureux et fier de ce que j’ai accompli.

19- La question de Dave Gaudet (invité de décembre) :
Si t'avais le choix entre 50 000$ ou faire un spectacle avec Yvon Deschamps (organisé par Lebothum.com bien sûr!), lequel choisirais-tu?
Asti d’Anglais avec ses questions de ma…;-) C’est sûr que je choisis de faire un show avec Yvon... Si j’étais là pour faire de l’argent, j’aurais arrêté de faire de l’humour après mon premier show!

20- Commentaires ? Mot de la fin ?
Avant de commencer à faire de l’humour, j’étais extrêmement gêné… Du genre trop gêné pour regarder une perruche dans les yeux. Et quelques années plus tard, je suis plus à l’aise sur un stage que dans la vraie vie. Alors, si vous voyez mon nom sur une affiche, venez me voir… Et je vais également être content de vous voir.