20 questions à Max Leblanc

1- Comment décrirais-tu ton humour à quelqu’un qui ne te connaît pas du tout ?
Je suis soft, réfléchi, politisé, extrêmement profond, j’ai un humour recherché. Je suis un mélange de Pierre Légaré et… un mime.
Ça, c’est Max Leblanc…

2- Qu’est-ce qui t’as amené à faire de l’humour ?
C’est un Ford Tempo 88 conduit par Richard, un de mes bons amis.

3- Certains disent que l'humour vulgaire est un humour facile. Qu’en penses-tu ?
Je ne suis pas d’accord. Un bon gag, c’est un bon gag, peu importe le style, peu importe la forme. En passant, tout ça me fait penser à une petite anecdote savoureuse : Jadis, j’avais un chat du nom d’Orangeade. Il me léchait toujours, toujours, toujours l’oreille droite. Un jour, je vais trouver un punch à cette histoire.

4- Comment était ta première expérience sur scène ?
Extrêmement dégradant, très difficile… Les gens me criaient des noms, comme… Jacques Godbout!
Il faut dire que je participais à un wet bobette

5- Tu as participé à la Tournée Juste pour Rire 2004-2005. Comment était l’expérience?
C’était extraordinaire. Ça m’a permis d’apprendre ce qu’était la vie de tournée avec quatre gars et deux techniciens. Ça m’a permis de développer des rapports masculins plus forts. On s’est beaucoup massé les pieds, le soir, en buvant de la tisane, en chantant du Joe Dassin…

6- Quel numéro d'un autre humoriste aurais-tu aimé inventer, écrire ou interpréter ?
Un des numéros des Denis Drolet.

7- Crois-tu que les gens sont assez ouverts envers la relève ou trop critiques ?
C’est un mélange des deux. Les gens sont de plus en plus ouverts d’un côté parce qu’on a ouvert une grande porte à l’humour absurde et à l’humour corrosif. Mais d’un autre côté, on est très critique envers l’humour en général en raison de la grande quantité d’humoristes et de l’explosion du marché de l’humour dans l’ensemble.

8- Y a-t-il un art autre que l'humour que tu aimerais exploiter un jour ?
J’espère pas de l’art-thrite... Ha ha, ha ha, ha. Non, sérieusement, j’aimerais un jour faire du cinéma, comme figurant dans un film porno.

9- Crois-tu qu’en humour, il y ait des sujets qui reviennent trop souvent ?
C’est sûr, mais le complément et le verbe aussi, et ça, on n’en parle jamais, crisse! J’haïs ça, les préjugés grammaticaux!

10- Crois-tu qu’il est possible d’aller trop loin en humour ?
Matagami. Là où l’hôtel de ville est une maison mobile… Là où dans le public, il y a plus de doigts que de dents…

11- Est-ce qu’il y a un humoriste avec qui tu aimerais travailler ?
Dave Richer, parce que quand on fait du brainstorm, c’est lui qui prend les notes, et il écrit plus vite que moi.

12- Qui est ton humoriste « coup de cœur » du moment ?
Un Français du nom de Jérémy. Il a un naturel fou sur scène, du charisme sur deux pattes.

13- Es-tu superstitieux ?
Dans un seul cas : quand on me demande si je suis superstitieux. Chaque fois, il faut que je me lève debout, que je fasse trois tours sur moi-même, que je jappe quatre fois et que je me sente les doigts.

14- Quel est ton talent inutile ?
Je suis capable d’éternuer les yeux ouverts. Ça sert à rien, mais ça fait peur.

15- As-tu un côté quétaine ?
Oui… J’aime les boys bands. New Kids On The Block, Backstreet Boys… Mais c’est pas poussé, là… C’est pas exagéré… C’est pas parce que je me suis fait tatouer I love A.J. au-dessus de la raie que ça fait de moi un quétaine!…

16- Quelque chose d’anodin qui te fait rire ?
Quand ma fille rit. Ou plutôt, quand ma fille riait… Elle est morte il y a deux ans d’une terrible maladie : on l’a frappée en voiture… Vous avez compris que c’est une blague… Elle est morte de la leucémie.

17- La chose la plus weird que tu as fait sur une scène ?
Un mauvais gag.

18- Qu’est-ce que tu aimerais avoir accompli d’ici 10 ans ?
Répondre à ce questionnaire (ça a pris huit semaines avant que j’envoie mes réponses!)

19- Le disque le plus usé chez toi ?
Marie-Élaine Thibert. Son disque sert de sous-verre.

20- Commentaires ??? Mot de la fin ???
Commentaires :
Gisèle, de Laval : « Max Leblanc est vraiment très ponctuel! »
Jacques, de Saint-Exupéry : « Max Leblanc embrasse très bien… »
Paul, de Berthierville :
« C’est qui, ça, Max Leblanc? »

Mots de la fin :
Rue? Tondeuse? Biscotte? Extra-large? Cliquetis?
Choisis celui que tu préfères…