C’est en 1982, aux Lundis des Ha! Ha!, que Daniel Lemire fait sa véritable entrée dans le monde du show-business. À l’été 1983, le public lui réserve un accueil triomphal au premier Festival Juste pour rire. S’en suit une tournée à travers le Québec avec les Ha! Ha! dont il fait partie avec, entre autres, le comédien français Jacques Villeret. Dès cette époque, Daniel Lemire nous fait connaître ses personnages d’Yvon Travaillé, Ronnie Dubé et Oncle Georges.

En 1985, Lemire présente, devant un nombre toujours croissant de fans, un deuxième one-man-show, dont il donne plus de 80 représentations à travers le Québec. En 1986, il anime les 95 émissions de la série Casse-tête, diffusée par Télé-Métropole.

En 1987, le troisième one-man-show de Daniel Lemire est lui aussi extrêmement bien reçu. L’année suivante, il devient l’animateur des galas du Festival Juste pour rire.

En 1989, son quatrième one-man-show Lemire fait l’humour fait salle comble. Spectateurs et critiques sont unanimes : c’est un triomphe. Puis, Oncle Georges vole littéralement la vedette au Bye Bye 91, avec un sketch qui oppose son célèbre personnage au petit chapon rouge (Robert Bourassa).

Le phénomène Oncle Georges prend des proportions telles qu’en mars 1993, plus d’un quart de million de spectateurs à travers le Québec applaudissent son cinquième spectacle. En 1995, Daniel Lemire participe à l’écriture de la série télévisée L’Univers de Courtemanche.

En 1996, Lemire présente un sixième one-man-show, qui déplace au-delà de 250 000 spectateurs, dont plus de 120 000 à Montréal. Le Théâtre Saint-Denis inaugure en 1998 le Club des centenaires, qui réunit les artistes ayant présenté un même spectacle plus de 100 fois sur la scène du théâtre : un exploit que Lemire est le seul à avoir réussi à ce jour.

Par ailleurs, Daniel Lemire, alias Oncle Georges, signe les publicités de Listerine depuis plusieurs années.

Il s’est aussi mis au service d’une cause en laquelle il croit, ayant été porte-parole d’Amnistie Internationale, ce mouvement mondial qui tente d’empêcher les gouvernements de commettre certaines des violations les plus graves des droits de l’homme.

En 1998, Daniel Lemire a été le maître d’œuvre du Bye Bye de Radio-Canada. En plus d’écrire les textes de cette revue humoristique, il est de tous les sketches de l’émission vue par plus de trois millions et demi de téléspectateurs.

Comme toujours, Daniel Lemire sait toucher tous les publics, tous les âges, posant un regard vif et mordant sur l’actualité et les absurdités de la vie moderne dans ses numéros de stand up et ses sketches, où il déploie tout son talent de comédien.

Source : http://www.rideau-inc.qc.ca