C'est à Greenfield Park, sur la Rive-sud de Montréal, qu'Anthony Kavanagh voit le jour le 26 septembre 1969, alors que ses parents ont immigré, fuyant le régime politique d'Haïti des années 60.

Dès l'âge de 14 ans, lors d'un spectacle d'étudiants, Anthony devient rapidement la coqueluche de son école, grâce à ses prestations scéniques des imitations de Michael Jackson et de Stevie Wonder. Les premières étincelles pour la scène venaient de s'allumer.

À 19 ans, se partageant entre ses études et ses spectacles dans les bars de Montréal, Anthony choisit de se lancer corps et âme dans le monde du spectacle, qui était devenu une passion dévorante.

La roue ne cesse de tourner pour Anthony Kavanagh, depuis qu'il a remporté le titre des Auditions nationales Juste pour rire de 1989, concours très connu et très convoité au Québec, et qui récompensait les deux meilleurs nouveaux humoristes de l'année à travers le Canada francophone. Il y réussit à faire exploser de rire la foule, avec un sujet aussi délicat que le racisme.

Ce prix lui ouvre alors directement les portes du showbiz québécois, marquant ainsi le début d'une belle carrière, aussi bien dans la langue de Molière que dans celle de Shakespeare.

Un an de radio aux Midis Fous de CKOI, collaborateur régulier à l'émission Cent Limites, comédien dans la série télévisée Super sans plomb, comédien dans une série américaine, Voodootaxi (CBC), animateur de son propre talk-show ...Et Anthony, duquel plus de 65 émissions furent réalisées en direct, membre régulier du circuit des Lundis Juste pour rire , révélation du Festival Juste pour rire en 1992, porte-parole du programme Jeunes pour rire, nombreuses prestations, tant sur les scènes extérieures qu'aux galas du Festival Juste pour rire de Montréal et en Floride, porte-parole dans le cadre du même festival, pour les sites extérieures en 1994, maître de cérémonie du MusicHall, à l'occasion des fêtes du 350ème anniversaire de Montréal, deux tournées pancanadiennes avec Céline Dion, prestation sur la scène de l'Apollo Theatre, des présences dans les comedy clubs New-Yorkais.

Il fut choisi, parmi 600 comédiens anglophones, pour une série au réseau ABC, assura la première partie de Julio Iglesias et Natalie Cole, fit une prestation à la première édition des Parlementeries, fut nommé Révélation du Festival d'humour de Montreux, en Suisse, en 1995, et donna des prestations en 1996 et 1997, en plus d’assurer la première partie de Céline Dion à Bercy et au Zénith de Paris, de participer au Festival d'humour de Cologne en Allemagne, d’offrir une prestation à une émission spéciale suisse-allemande, de donner de nombreux spectacles en congrès et festivals à travers la province et en Europe, d’être comédien pour les pubs de Loto Québec et de Pizza Hut, d’être invité à l'émission française Ça se discute, à TV5, d’être gagnant du Grand Jeu dictionnaire à Bruxelles, de participer à l'émission française La fureur en compagnie de Johnny Hallyday, de doubler la voix d'Eddy Murphy pour le film d'animation Mulan de Walt Disney...

La générosité et le charisme qu'on lui doit l'amènent à appuyer des causes sociales, telles La Marche du Club 2/3, fondation destinée à récolter des fonds en faveur des pays du tiers-monde ; l'International Juste pour jeunes ; la Fondation Diane Hébert pour le don d'organes en 1997 ; et la Fondation Québécoise de la Migraine et des Céphalées en 1996.

Avec toute cette expérience, Anthony Kavanagh était prêt à présenter, à l'automne 1995, son premier one-man-show à travers le Québec, où la critique fut des plus élogieuses. La scène permet enfin de révéler entièrement la vraie nature d'Anthony.

Humoriste caustique et parfois complètement déchaîné, chanteur qui demeure encore à découvrir, Anthony Kavanagh travaille à devenir un showman complet. Il exploite ses multiples facettes dans une performance physique étourdissante. Bref, le mot « live » prend avec lui son vrai sens.

Après une tournée de 2 ans avec son spectacle Kavanagh !, et des records d'audience dans les différents festivals auxquels il a participé, dont le Festival des Montgolfières de St-Jean-sur-Richelieu, où le record d'audience par semaine lui fut décerné en 1997, Anthony était mûr pour la France, à l'automne 1998. Il venait de consacrer pratiquement une année à l'adaptation et à la préparation de son spectacle, avec la précieuse collaboration de l' «Inconnu» Pascal Légitimus.

Son spectacle Kavanagh ! est rodé à Lyon, dans une petite salle de moins d'une centaine de personnes. Considéré comme exigeant, le public lyonnais tombe littéralement sous le charme du « black » québécois, malgré la fameuse Coupe du Monde de football qui se tenait en France en cette année 1998 ! Cette histoire d'amour se poursuit encore aujourd'hui. Anthony multiplie les représentations dans la ville qui l'a vu débuter, où il a d'ailleurs fêté sa 200ème représentation avec une grande émotion !

Un exploit!
Il gardera l'affiche au Théâtre Trévise de Paris pendant sept mois à guichets fermés, à raison de cinq soirs par semaine, pour un total de 138 spectacles. Anthony Kavanagh se verra ainsi offrir en moins d'un an l'Olympia de Paris lors des 24-25-26 septembre 1999, pour 4 représentations. L'endroit rêvé pour célébrer son 30ème anniversaire !

Du jamais vu par les organisateurs et producteurs du spectacle.

Son triomphe est indéniable en France, tout comme chez lui au Québec, où sa performance est considérée comme un véritable exploit sans précédent. Une prouesse à laquelle peu de personnes croyaient.

Ses multiples apparitions à la télévision en ont fait le chouchou des grandes émissions de variétés en primetime, puisque Kavanagh sait tout faire, sauvant ou rehaussant souvent le plateau. Pensons à Union libre, dont l'histoire a été marquée lorsque Christine Bravo a complètement perdu le contrôle de son plateau lors du passage d'Anthony !

Une consécration de plus pour Anthony Kavanagh, lorsqu'on lui propose d'animer la prestigieuse soirée télévisée sur TF1 des NRJ Music Awards, où on a vu défiler des stars internationales, telles Ricky Martin, Tom Jones, Moby, The Corrs... et autres stars de la scène française : Patrick Bruel, Mylène Farmer, Vanessa Paradis... lors du Midem 2001-2002. Ainsi obtient-il la reconnaissance des artistes et du milieu professionnel qui ont découvert les multiples facettes de son talent.

La Kavamania se poursuit!
En plus d'occuper le Bataclan de Paris durant 2 mois, d'obtenir une cassette diamant pour la vente exceptionnelle de la vidéocassette de son spectacle, dépassant les 180 000 copies, après ses multiples représentations à travers la France, le Québec, la Belgique, la Suisse, le Luxembourg, Monaco, La Réunion, les Antilles, la Guyane, rassemblant chaque soir 1200 à 3000 personnes, durant une tournée de dix mois. Kavanagh prenait d'assaut le Zénith de Paris pour célébrer la 300ème de son spectacle en septembre dernier, soit les 29 et 30, alors qu'il y soufflait sa 32ème bougie! 600 000 spectateurs plus tard, Anthony Kavanagh fait un véritable triomphe, qui confirme sa place comme l'un des grands humoristes favoris de la francophonie.

Kavanagh réitère aux NRJ Music Awards

Jamais deux sans trois! Anthony Kavanagh présentait pour une troisième année consécutive la prestigieuse soirée des NRJ Music Awards, dans le cadre du Midem en direct, sur TF1.

Chicago : Une première mondiale en français sur la scène montréalaise.
Kavanagh incarnait avec brio le personnage de l'avocat manipulateur et charmeur Billy Flynn, de la comédie musicale à succès Chicago.

Bref, avec un talent fou, des horizons sans limite,
Kavanagh est à suivre…

Source : Site Officiel