Francis Cloutier, Daniel Grenier et deux autres comparses, voulant se payer une limousine pour leur bal de finissants montent un spectacle à la Polyvalente Le Boisé. Au mois de juin 1990, devant une salle de 500 places pleine à craquer, ils présentent un spectacle où l'humour visuel est largement inspiré de références cinématographiques.

Ils présentent quatre spectacles consécutifs, toujours à guichets fermés. Et grande particularité : pour chaque représentation, ils présentent un spectacle différent. Qualité inégale, beaucoup d'improvisation, mais surtout un public emballé.

Après une participation aux Lundis Juste pour rire, quelques jobines, des études et des recherches de jobines, Les Chick'n Swell font leur entrée à l'École Nationale de l'Humour en 1995. Francis Cloutier et Daniel Grenier sont les premiers à s'inscrire en tant que duo. Durant leurs études, ils partagent leur formation entre les performances individuelles et à deux… Mais ils préfèrent définitivement la complémentarité du groupe.

À la sortie de l'École Nationale de l'Humour, Francis et Daniel se lancent dans la tournée des bars et des petites salles de spectacle. Cette tournée des clubs et des salles enfumées les mène dans tous les coins de la province, où ils cumulent pas moins de 500 spectacles. De là, tout déboule…

En 1996, le duo remporte le Prix Coup de cœur du Festival Juste pour rire. L’année suivante, Les Chick prennent part à La croisière en folie dans les Caraïbes, puis aux Galas Juste pour rire, expérience qu’il répéteront deux années encore. En 1999, Francis et Daniel joignent la Tournée Craven A Juste pour rire. Et à l’aube du nouveau millénaire, le duo prend l’affiche au spectacle télévisé Du Soda pour la réouverture du Club Soda, de même qu’à l’événement Aux frontières de l'absurde, présenté dans le cadre du Festival Juste pour rire.

Parallèlement à cette virée humoristique, Les Chick'n Swell sont invités à animer la deuxième saison des soirées d'humour du bar L'Évasion de Victoriaville.

Ils décident d'agrémenter les transitions entre les invités avec des petits films de leur cru. Avec une caméra offerte par la mère de Daniel, ils développent vingt scénarios selon les thèmes de saison (Halloween, Fêtes, etc.). Leur ami Simon-Olivier Fecteau est appelé à la rescousse pour la réalisation des films. Toute l'équipe met la main à la pâte : prise de son, montage, recherche de costumes, décors et lieux de tournage… ne demandez pas qui a fait quoi et avec quel argent… Ils ont tout fait avec un budget moyen de 56,95$ par film!

Dans un bar enfumé, imaginer qu'on puisse attirer l'attention des clients sur un moniteur télé tenait de la folie. Pari réussi. Les gens dans la salle s'arrêtent de parler, écoutent attentivement. La rumeur court en ville : « Faut aller voir les petits films des Chick'n Swell ». Pendant cet engagement essoufflant, les trois gars vont déposer une cassette comprenant les dix premiers films de la série sur le bureau de la directrice de l'École Nationale de l'Humour, Louise Richer. Emballée, elle la fait écouter à Guy A. Lepage qui, à son tour, la fait voir à Jean Bissonnette. Conquis par l'humour rafraîchissant des Chick'n Swell, Jean Bissonnette n'hésite pas une seconde. Il part avec cette cassette sous le bras et deux petits sacs à lunch et s'amène au bureau du directeur des programmes de Radio-Canada, Daniel Gourd, et lui dit : « Assis-toi, je veux que tu écoutes ça…»

Avec un budget de production ridicule, ils sont partis caméra à l'épaule, des tonnes de volonté et d'imagination et des délais très serrés pour quelques mois de tournage à Victoriaville. Toute la communauté a été mise à contribution (lieux de tournage, costumes, accessoires) pour les aider à créer cette émission de sketches drôles et surréalistes où se mêlent des histoires absurdes, des gags sonores et visuels, des situations cocasses dignes de bandes dessinées…

Trois saisons de pur délire, une séparation et des milliers de fans accros plus tard, le trio s'est réuni, pour un soir seulement, dans le cadre de la 23e édition du Festival Juste pour rire. Et ils font un retour sur scène en 2006.

Source : Juste pour rire

 


Daniel Grenier, Ghyslain Dufresne
et Francis Cloutier