Que choisir, entre une carrière d’enseignante et celle d’humoriste? Annie Thériault a choisi de poursuivre les deux à la fois.

Comment est-ce possible?

Il faudra le lui demander.

Elle vous répondra sûrement que, pour y arriver,  il faut savoir prioriser adéquatement, et qu’il n’y a rien qui ne passe devant sa passion d’éduquer les gens. C’est pourquoi ses numéros d’humour ont toujours un contenu éducatif, et que sa job de prof au secondaire part peu à peu à la dérive.

Son background d’histoire lui permettra de vous parler des événements qui ont marqué l’humanité et d’y rajouter les clowneries les plus ignobles.

Son objectif, si humble soit-il, est de rehausser le niveau cognitif de son auditoire. Ce qui, selon elle, en plus de ne pas nuire, ne représente pas un gros défi.

Elle se complaira à vous souligner, entre deux gags douteux, que Jacques Cartier était en fait un explorateur, et non un ingénieur en design de ponts… Elle le fera avec l’intime conviction de vous donner la chance de vous coucher moins caves à la fin de la journée.

Mère de trois enfants, elle vous dira également, advenant qu’un de ses gags tombe à plat, qu’elle l’a écrit en changeant une couche, et que l’odeur du moment l’avait incitée à écrire une joke de marde.

Par François D'Amours